Image par David Mark de Pixabay
soleilbleuciel

La ferme de Knehtilä : Un modèle de production de denrées alimentaires et d’énergie véritablement durable

La production de nourriture doit impérativement s’adapter aux grands enjeux d’aujourd’hui et à venir afin de tendre vers une société plus résiliente et durable (volonté de l’Union européenne d’autant plus affirmée dans le cadre du “Green Deal”). Par conséquent, les modèles agricoles européens doivent évoluer.

En Finlande, la ferme de Knehtilä est au cœur d’un système coopératif composé de plusieurs producteurs de denrées alimentaires, basé sur l’autosuffisance énergétique : “Palopuro Agroecological Symbiosis”.

L’exploitation de Knehtilä, d’une superficie de 380 ha, produit des céréales et du sarrasin destinés à l’alimentation humaine et des aliments pour un poulailler voisin. L’avoine et le sarrasin sont transformés en flocons, en granola (mélange de céréales) et en snacks.

Ce réseau vise à établir une production alimentaire locale et biologique en utilisant de la bioénergie et des nutriments recyclés. Cette coopérative à vocation à servir de modèle pour la production et la transformation de produits alimentaires biologiques réellement autosuffisantes en termes d’énergie et de nutriments. Ce système coopératif pense tous les éléments de son modèle de production agricole comme étant interdépendants. Autrement dit, il est possible de parler d’une véritable symbiose agro-écologique autosuffisante”.

Plus concrètement, il s’agit notamment de transformer le fumier pour former du biogaz (biomasse) ou toute autre source de résidus nutritive énergétiquement parlant. Ce gaz ou cette source d’énergie sera ensuite utilisé pour toutes les activités de la ferme le nécessitant. Par exemple, alimenter les tracteurs ou bien la boulangerie présente sur la ferme. De plus, les excédents peuvent être vendus à l’extérieur de ce système coopératif. Par conséquent, ce modèle agro-écologique peut garantir une production vertueuse ayant des bénéfices directs sur son environnement locale.

Les consommateurs peuvent alors se fournir en aliments biologiques locaux soit directement à la ferme ou sur les marchés environnants.  En plus des aspects purement “écologiques” du système, cela permet de créer ou de recréer une vitalité et un lien communautaire locale en rassemblant les producteurs et les consommateurs.

 

En vidéo

  1. Créer un système de production alimentaire autosuffisant en énergie et en nutriments, transparent aussi bien pour les producteurs que pour les consommateurs.
  2. Augmenter la rentabilité économique grâce à l’intégration d’opérations différentes mais interconnectées dans la production et la transformation. Cette intégration réduira le besoin d’intrants énergétiques extérieurs, par exemple des aliments pour animaux ou de l’engrais. En outre, la coopérative générera des revenus supplémentaires en vendant la bioénergie excédentaire.
  3. Accroître l’autosuffisance énergétique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre par unité de production. Diminuer les pertes de nutriments.
  4. Renforcer la communauté locale en reconnectant les consommateurs avec la source de production de leur nourriture.
 
 

Découvrez d'autres expériences locales

Producteur

Klemmings oysters

Dans l’archipel de Grebbestad, sur la côte ouest de la Suède, l’entreprise « Klemmings Oysters » travaille deux types d’huîtres : une huître plate Ostrea

Lire la suite »
Producteur

Cueillette à la ferme

Marjo Paakki cultive des légumes et élève des agneaux selon les méthodes de l’agriculture biologique à la ferme de Lammaskallio à Tuusula en Finlande. Cueillette

Lire la suite »